Bacchus

Bacchus passa toute son enfance loin de l'Olympe
Bacchus passa toute son enfance loin de l’Olympe

Bacchus est le dieu du vin, de l’ivresse, des débordements, notamment sexuels, ainsi que de la nature. Ses attributs sont la panthère, la patère, le canthare, la vigne et la grappe de raisin.

Bacchus est le fils de Jupiter et de Sémélé, fille du roi de Thèbes. Sémélé était une jeune princesse mortelle, aimée de Jupiter. Ce dernier trompa Junon et fit un enfant à Sémélé, Bacchus.

Par vengeance, Junon incite Sémélé à demander à Jupiter (qui a promis d’accomplir le souhait de la future mère) de se montrer dans sa gloire. Sémélé le lui demande ; Jupiter ne peut se dédire et s’exécute, mais en apparaissant sous sa forme réelle, il la foudroie. Cependant il recueille lefœtus et le coud dans sa cuisse, le cachant pour un temps de la vindicte de Junon.

Cette dernière ne désarme pas : une fois Bacchus né, elle délègue les Titans pour en finir avec lui. Ils le découpent en morceaux et le font bouillir dans un chaudron. Puis Mercure transforme l’enfant en un chevreau et le confie aux Nymphes de Nysa. Une vigne dissimule leur grotte et le jeune dieu s’en nourrit.

Devenu grand, il fit la conquête des Indes avec une troupe d’hommes et de femmes portant, au lieu d’armes, des thyrses et des tambours. Son retour fut une marche triomphale de jour et de nuit (thème rappelant l’expédition d’Alexandre le Grand, et fréquemment représenté).

Ensuite, il passa en Égypte, où il enseigna l’agriculture et l’art d’extraire le miel ; il planta la vigne, et fut adoré comme étant le dieu du vin.

Bacchus est représenté ordinairement avec des cornes, symboles de la force et de la puissance, couronné de pampre, de lierre ou de figuier, sous les traits d’un jeune homme riant et enjoué. D’une main, il tient une grappe de raisin ou une corne en forme de coupe ; de l’autre, un thyrse entouré de feuillage et de bandelettes. Il a les yeux noirs, et, sur ses épaules descend en tresses ondoyantes sa longue chevelure blonde aux reflets d’or. Il est le plus souvent imberbe, sa jeunesse étant éternelle comme celle d’Apollon. Il est vêtu d’un manteau de pourpre.

Il est parfois nommé Liber (Libre), parce que le dieu du vin délivre l’esprit de tout souci ; Evan, parce que ses prêtresses, dans leurs orgies, couraient de tous côtés en criant : Evohé ; Bacchus, dérivé d’un mot grec qui signifie « crier », allusion aux cris des bacchantes ou des grands buveurs. Il porte encore d’autres surnoms empruntés à son pays d’origine ou aux effets de l’ivresse : Nysæus, de Nysa, Lyæus, qui chasse le chagrin, Bromius, bruyant, etc.

Les orgies ou bacchanales étaient célébrées primitivement par des femmes, dans les bois, les montagnes, au milieu des rochers. Elles affectaient un caractère mystérieux. Plus tard, elles admirent des personnes des deux sexes à leur célébration. Il en résulta souvent d’infâmes désordres.

À Rome, on célébrait, en l’honneur de Bacchus ou Liber, des fêtes dites Libérales. Dans ces fêtes très licencieuses, les dames romaines ne rougissaient pas de tenir des propos indécents, et de couronner les moins honnêtes représentations du dieu. L’an 558 de la fondation de la ville, le sénat rendit un décret pour remédier à cette licence, remède inefficace, les coutumes ou les mœurs étant plus fortes que les lois.