Balder

Il n'y aurait que du bien à dire de Baldr et tous l'aiment, Il est si beau et si brillant qu'il émet de la lumière
L’étymologie du nom de Baldr est discutée, on l’a rattaché à « chef », non sans débats, mais l’explication la plus acceptée est « courageux »

Balder, Baldr ou Baldur est le dieu de la lumière, la beauté, la jeunesse et l’amour. Il est le fils d’Odin et de la déesse Frigg. Son épouse est Nanna, et leur fils Forseti. Son domaine est Breidablik, qui est dans les cieux (ou en Suède, selon la Ynglinga Saga), dans une contrée d’où le mal est banni.

Balder se présente sous les traits d’un beau jeune homme qui répand le bien autour de lui. Pourtant, dès son jeune age, il connait le malheur sous la forme de terribles cauchemars qui hantent ses nuits et annoncent sa mort prochaine. Pacifique et bienveillant, Balder incarne les éléments positifs de la mythologie germanique.

Une ancienne malédiction le poursuit peut-être. Afin de conjurer le mauvais sort, sa mère Frigg entreprit un grand voyage dans les différents mondes, visita le royaume des morts, le pays des géants, sans oublier Mitgard (enceinte du milieu ), et fit jurer à chaque chose de ne jamais porter atteinte à la vie de son fils. Dans sa quête, Frigg semblait ne rien avoir oublié, ni l’eau, ni le feu, ni les monstres ni les animaux les plus féroces. Elle avait aussi songé aux maladies, les petites comme les grandes.

Les dieux voulurent alors éprouver l’invulnérabilité de Balder et décidèrent de se réunir en assemblée. Tout semblait s’annoncer pour le mieux mais c’était sans compter la perfidie du dieu Loki. Celui-ci avait enn effet appris que Frigg, dans sa noble démarche, avait commis une erreur apparemment anodine: omettre de prier le gui de ne pas faire mal à son fils. La petite plante lui semblait en effet trop chétive et elle s’était dispensée de lui demander de prêter serment.

Loki s’empressa de couper une branche de gui et se rendit à l’assemblée des dieux “Le Thing” ou l’épreuve avait déjà commencé. Tous jetèrent avec force pierres, lances, poignards, haches, pieux enflammés sur Balder, mais rien ne parvint à le blesser. Loki s’approcha alors du frère de Balder, Hoder, le dieu aveugle, et lui mit dans la main la branche de gui, l’exhortant à prendre part au jeu. Habilement dirigé par Loki, Hoder lanca violemment la branche dans la direction de son frère qui fut transpercé et s’écroula mortellement blessé.

On organisa de grandioses funérailles à la mémoire du malheureux Balder. Inconsolable, Frigg parvint à convaincre Hermod de se rendre au royaume de Hel, la déesse des Enfers, afin de récupérer Balder. Hermod chevaucha vers Hel, en sauta les portes monté sur Sleipnir et trouva son Baldr assis à la place d’honneur. Le lendemain, il supplia Hel de permettre à Balder de rentrer avec lui. Celle-ci déclara qu’elle accepterait si tout dans le monde, vivant ou non, pleurait Baldr. Mais si le moindre objet refusait de le faire, elle le garderait à jamais.

Une nouvelle fois les dieux s’attelèrent à la tache et furent bien près de réussir: même les pierres se désolèrent… Cependant, Thokk, une géante de glace, insensible refusa: “Que Hel conserve donc ce qu’elle possède!”. Balder ne put quitter Hel et les dieux se rendirent compte que Thokk n’était autre que Loki, qui avait changé d’apparence pour accomplir son méfait.

Le dieu Baldr est décrit au chapitre 22 de la partie Gylfaginning de l’Edda de Snorri. Il est le second Ase que le Très-Haut décrit à Gangleri, après Odin. Il n’y aurait que du bien à dire de Baldr et tous l’aiment ;

« Il est si beau et si brillant qu’il émet de la lumière ; il y a une fleur des champs si blanche qu’on l’a comparée aux cils de Baldr […] – et de cela tu peux conclure quelle est sa beauté, à la fois de cheveux et de corps. Il est le plus sage des Ases et le plus habile à parler et le plus clément. Mais il possède cette caractéristique essentielle qu’aucun de ses jugements ne peut se réaliser. »

En effet, en Islande et selon les régions de Scandinavie, les fleurs Matricaria maritima ou Matricaria perforata sont communément appelées Baldrsbrá, « cil de Baldr ». Il est probable que le nom de ces fleurs vienne effectivement du dieu.

Recommend
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIN
Share