Janus

Janus est une divinité romaine qui préside aux commencements et aux passages. Dieu de premier rang dans la hiérarchie romaine (diuum deus), il a le privilège d’être invoqué avant toutes les autres divinités. En tant que dieu introducteur il est avec Portunus un « dieu des portes » qui préside à l’ouverture de l’année et à la saison de la guerre (les portes de son temple étaient fermées quand Rome était en paix).

Ja
Le mois de Janvier vient du dieu Janus

C’est le dieu des portes (de janua, « porte » en latin, selon Tertullien) car il gardait les portes du ciel et du domaine des dieux. Il est représenté avec deux visages, l’un tourné vers le passé et l’autre tourné vers le futur. À Rome, son temple principal a la particularité d’avoir les portes ouvertes en temps de guerre et fermées en temps de paix. Les portes de ce temple n’ont d’ailleurs été fermées que cinq fois depuis 509 av. J.-C.(dont trois fois durant le règne d’Auguste).

Dans cette perspective, ses liens avec Portunus « dieu des portes » sont anciens.

Une interprétation ancienne, notamment chez Macrobe, puis chez Nigidius Figulus associe Janus à une divinité solaire: « en se levant, il ouvre le jour, en se couchant, il le clôt ».

Ovide, dans le premier chant des Fastes consacré au mois de janvier, identifie Janus au Chaos des Grecs, racontant que lorsque les éléments formant la matière première de l’univers (l’air, l’eau, la terre et le feu) eurent été séparés, le corps d’un dieu se dégagea de cette matière, et que ce dieu fut Janus, dont le double visage est la seule trace de l’état de confusion cosmique qui précéda sa venue au monde.

Selon une autre tradition issue de l’âge de bronze, pour les peuples italiques aborigènes (non indo-européens), Janus serait le « dieu des dieux », le tout premier être divin issu du Chaos. L’arrivée des Indo-Européens, ainsi que de leurs croyances, en Italie aurait ainsi modifié le panthéon local.

Le règne de Janus fut pacifique. C’est à ce titre qu’on le considéra comme le dieu de la paix. Il devint protecteur de Rome. Le roi Numa Pompilius lui fit bâtir un temple qui restait ouvert en temps de guerre afin qu’il puisse intervenir dès que nécessaire, et qu’on fermait en temps de paix. Ce temple fut fermé une fois sous le règne de Numa ; la seconde fois après la deuxième guerre punique, et trois fois, à divers intervalles, sous le règne d’Auguste. Il était le mari de Vénus et le fils de Mercure.

Le mois de janvier (januarius), auquel le roi Numa donna son nom, lui était consacré. Janus patronne les calendes (premier jour de chaque mois dans le calendrier romain)de tous les mois de l’année. Varron précise que « douze autels correspondant aux douze mois lui ont été consacrés ». Dans cette activité, il est traditionnellement associé à Junon. Les deux divinités participent conjointement « à la transition d’un mois à l’autre, en d’autres termes, à l’heureuse naissance de la nouvelle lune ».

On le représente tenant de la main gauche une clef, et de la droite une verge, pour marquer qu’il est le gardien des portes (en latin januae) et qu’il préside aux chemins. Ses statues marquent souvent de la main droite le nombre de trois cents, et de la gauche celui de soixante-cinq, pour exprimer la mesure de l’année.

Recommend
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIN
Share
Leave a reply