Pandore

Dans la mythologie grecque, Pandore ( tous les dons ) est la première femme. Elle est associée à la légende de la « boîte de Pandore » (en fait, une jarre)
Dans la mythologie grecque, Pandore ( tous les dons ) est la première femme. Elle est associée à la légende de la « boîte de Pandore » (en fait, une jarre)

Pandore est la première femme de l’humanité. Créée à la demande de Zeus par les dieux de l’Olympe, dotée de charme infinis, elle est d’une beauté resplendissante. Elle est parfois appelée Anésidora, « celle qui fait sortir les présents des profondeurs », en fait « la Déesse de la terre qui préside à la fécondité ».

Pour le nom « Pandore », il peut y avoir plusieurs significations : panta dôra, (celle qui a tous les dons) ou pantôn dôra (celle qui est le don de tous les dieux).

Pandore fut créée sur l’ordre de Zeus qui voulait se venger des hommes pour le vol du feu par Prométhée. Elle fut ainsi fabriquée dans de l’argile par Héphaïstos ; Athéna lui donna ensuite la vie, lui apprit l’habileté manuelle (elle lui apprit entre autres l’art du tissage) et l’habilla ; Aphrodite lui donna la beauté, un charme et un pouvoir de séduction irrésistible qui ne laissent insensibles ni les hommes, ni les dieux; Apollon lui donna le talent musical, enfin Héra lui donna la curiosité et la jalousie.

Zeus ordonne à Hermès de mettre dans le coeur de Pandore la tromperie, la convoitise, dans sa bouche le mensonge, dans son esprit la fourberie, dans son ventre l’insatiabilité, la voracité. Sous la plus belle des apparences, la femme cache ainsi une nature falacieuse. Telle est la vengeance que réserve le dieu de l’Olympe à l’humanité.

Le mal à la parfaite beauté, le malheur déguisé en promesse de bonheur: voilà la créature qu’Epiméthée prendra pour épouse. Zeus lui donna le nom de Pandore qui signifie ” Présent de tous ” car tous les dieux pnt participé à sa création.

Pandore s’installe chez Epiméthée. Sa curiosité la pousse à contrôler les richesses du foyer, notamment à vérifier le contenu des jarres ou sont entreposées les nourritures. L’une d’entre elles, plus grosse que les autre l’intrigue particulièrement. D’ou vient-elle? Quel est son contenu? Epiméthée lui a bien recommandé de ne jamais l’ouvrir mais n’est-elle pas la maîtresse de la maison?

La voici donc qui soulève le lourd couvercle de la jarre. Aussitôt, tous les maux invisibles qu’elle renfermait s’échappent: la Mort, la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Folie, la Famine, le Désespoir, la Tristesse, le Vice, la Tromperie, tous les malheurs se répandent en un instant sur la Terre. Pandore y referme le couvercle, seul l’Espoir reste dans la jarre.

En acceptant Pandore, Epiméthée piège l’humanité: en s’unissant à une femme, l’homme s’enchaîne aux malheurs, non à cause de la femme elle-même, mais parce que, sans épouse, il n’aurait pas de descendance et sa vie n’aurait pas de sens. Les hommes ont récupéré le feu mais désormais, pour la conserver, ils doivent l’entretenir. Il en est de même pour le blé que Zeus avait également été confisqué. Il devra être caché dans le sol avant d’être récolté. La vie des hommes sera un vie de labeur. Le temps ou ils étaient attablés continuellement en compagnie des dieux est fini.

Autre conséquence de la création de Pandore, la première femme: désormais, il y a un masculin et un féminin, l’humanité est sexuée. Les hommes devront se reproduire pour assurer leur descendance. Le temps n’est plus dieux immuable, mais celui des mortels.

Recommend
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIN
Share
Leave a reply