Quetzalcoatl

Les Aztèques croyaient que notre monde  était le cinquième soleil, ou création, les précédents ayant été tour a tour détruits par des jaguars, le vent, une pluie de feu et un grand déluge. Le monde est alors récréé par les frères Quetzalcóatl (littéralement « quetzal-serpent », c’est-à-dire « serpent à plumes de quetzal »), dieu du vent et Tezcatlipoca, qui se changent en serpents pour déchirer la déesse Terre Tlaltecuhtli et créer la Terre et les cieux. 

Quetzalcoatl est également un protagoniste du mythe qui raconte l'acquisition de la nourriture destinée aux hommes.
Quetzalcoatl est également un protagoniste du mythe qui raconte l’acquisition de la nourriture destinée aux hommes.

De la première moitié ils firent la terre et l’autre, ils l’emportèrent aux ciel, provoquant l’irritation des autres dieux. Pour dédommager la déesse, ils veillèrent à ce que sorte d’elle tout ce qui était nécessaire aux hommes : de ses cheveux les arbres, les fleurs et les herbes, de sa peau l’herbe menue et les petites fleurs, de ses yeux les fontaines les puits et les petites grottes, de ses bouches les rivières et les grandes grottes, de son nez et de ses épaules les vallées et les montagnes.

Quetzalcóatl alla voir Mictlantecuhtli, les maitres des Enfers, et lui réclama les os de la dernière race d’humains pour repeupler la Terre. Le maitre accepta, à condition que Quetzalcóatl fasse quatre fois le tour de la terre morte en soufflant dans une conque sans trous. Quetzalcóatl demanda à des vers de forer la coquille et à des abeilles qui la firent sonner.

Quetzalcóatl recut les deux précieuses piles d’os. Il dut mentir aux fantômes et dire qu’il les leur laissait, mais ils s’en aperçurent et le firent trébucher. Les os s’éparpillèrent et furent ronges par une caille. Mais Quetzalcóatl les porta a la déesse , qui les réduisit en poudre. Quetzalcoatl fit ensuite couler sur eux le sang de son sexe. Les autres dieux présents firent de même et de cette « pénitence » naquirent « les serviteurs des dieux », c’est-à-dire l’humanité actuelle. Mais a cause de la caille, qui avait ronge les os, les gens sont tous de taille différente, et sont condamnés a mourir.

[box type=”info”] Prêtres et rois prenaient quelquefois le nom du dieu avec lequel ils étaient associés, ce qui fait que Quetzalcoatl ou Kukulkán est aussi le nom porté par des personnages historiques.[/box]

Selon les Anales de Cuauhtitlan, Quetzalcóatl, souverain de Tula, la capitale des Toltèques, fut séduit par Tezcatlipoca, qui, jaloux de son rival, l’enivra et l’amena à rompre son vœu de chasteté. Chassé de Tula, Quetzalcóatl parvint au bord de la mer, où il s’immola par remords. Son cœur, qui s’était échappé des cendres, devint alors l’étoile du matin sous le nom de Tlahuizcalpantecuhtli.

Quetzalcoatl se retrouve fréquemment dans la religion et l’art mésoaméricains pendant près de 2 000 ans jusqu’à la conquête espagnole. Parmi les civilisations qui pratiquaient son culte, on trouve les Olmèques, Teotihuacan, les Mixtèques (qui le connaissent sous le nom de « 9-Vent »), les Aztèques, les Mayas et surtout les Toltèques.

Les rites initiatiques étaient assez violents. La personne se faisait séquestrer par les prêtres durant plusieurs jours. Elle s’infligeait des mutilations, se perçant le pénis par exemple, ou faisait couler son sang. Cela est à rapprocher d’une forme de sacrifice.

Recommend
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIN
Share
Leave a reply